Espace d’échanges de pratiques de codéveloppement pour valoriser les migrants comme citoyens et acteurs du développement ici et là-bas.

Données factuelles sur le projet
fr-FR
ADER - Association pour le Développement Economique Régional
01-01-2003
Français (FR)
Migrants maliens en France (associations et individus) et fondation Abbé Pierre
50 migrants maliens en France et leurs familles dans les villages au Mali, les ménages maliens démunis et à bas revenus
3.216.185 euros (sur 3 ans)
Conduite de l'action
Réduction de la pauvreté :
- accession à un titre foncier, à un logement, à une promotion socio-économique.
- Les migrants s’investissent dans la promotion d’un habitat local amélioré, re-légitimant l’utilisation des matériaux locaux.
- Les coopératives de migrants mobilisent des crédits et des investissements productifs liés au développement économique local
- En France : Ce sont les difficultés d’accès au logement qui ont amené à une réflexion sur l’habitat au Mali, les problématiques d’insertion concernant à la fois ici et là-bas. Les liens entre la Fondation Abbé Pierre (FAP) et les migrants se sont tissés dans les luttes pour le droit au logement en France dans les années 1990. La question « Et là-bas ? » est venue rapidement dans les échanges. Initiative des migrants, mission de FAP au Mali auprès de leurs contacts pour évaluer les conditions d’habitat. Recommandations : les conditions de construction pour les migrants sont à améliorer, les techniques de maçonnerie et de briqueterie doivent être adaptées au climat (construction en banco stabilisé), l’électrification au solaire demande moins d’entretien qu’un groupe électrogène

- Au Mali : Les chantiers des maisons n’avançaient parfois que lorsque les migrants revenaient aux Mali, ce qui allongeait la durée des travaux et l’inoccupation des lieux. Le temps consacré à l’habitat dépendait des va-et-vient des migrants. Le dispositif financier a demandé un débat de mise en place important, durant lequel la confiance entre les différents partenaires a pu être éprouvée. La mise en œuvre sur un temps long a permis de mener de front plusieurs aspects du projet : électrification solaire, prêts bancaires, formations en constructions.
- En France :
Conception : les migrants sont à la fois des acteurs et des bénéficiaires directs du projet. Le cadre logique les mentionne à plusieurs reprises. L’ADER est créée sous l’impulsion de la FAP afin de gérer le projet. Il s’agit en 1995 d’un projet innovant pour ses bénéficiaires migrants. Les migrants qui contractent un crédit auprès du Crédit Coopératif, avec l’appui de l’ADER, financent les constructions avec un apport personnel de 30% au départ puis remboursent un prêt moyen à 7-8 millions de Frances CFS (taux d’intérêt à 6.5%)
Mise en œuvre : les migrants en France propriétaires de terrains au Mali, membres de l’association KTF (ka teegé feddé, association pour la construction de maisons) se sont intéressés aux projets. Ils en constituent les 1ers et principaux bénéficiaires (22 maisons construites). Les structures associatives sélectionnaient les candidats migrants au prêt. Une cellule Migrants a été créée au sein de l’ADER (1998-2003). Les plans techniques étaient proposés aux migrants qui les sélectionnaient. les migrants assuraient le cout de la construction. Quelques activités mises en place : accès des migrants à un prêt bancaire, auparavant impossible car considérés comme peu solvables et positionnés sur deux espaces ; organisation de journée migrants pour informer et mobiliser ce public sur les dispositifs et les réalisations ; relations avec les partenaires (FAP, Crédit coopératif…)

- Au Mali :
Mise en œuvre : activités menées en partant des besoins des migrants. Formation de jeunes sur les techniques architecturales de construction en banco stabilisé, de maçonnerie, de briqueterie, d’électrification au solaire ; création d’une entreprise dans le solaire par les jeunes (GIE solaire)
- En France :
Le transfert de compétences a concerné les territoires d’accueil également : un migrant a constitué une entreprise en électrification solaire, à Paris. La transmission des compétences de l’ADER à l’AND DEFAR, s’est faite progressivement. La cellule Migrants a été dissoute dans ce processus. La durée des travaux, la qualité des constructions a pu porter préjudice aux attentes des migrants.

- Au Mali :
Transmission de ces compétences à AND DEFAR. Accompagnement des coopératives d’habitat pour leur renforcement, le projet se prolonge en mettant l’accent sur les acteurs là-bas.
Compétences
Le rôle des migrants dans ce projet d’amélioration de l’habitat au Mali articule leurs casquettes de financeurs et de porteurs de changements auprès des populations (par ex. sur l’utilisation de matériaux locaux). Ils portent l’initiative d’un projet qui s’élargit aux plus démunis de leurs territoires d’origine. Leurs capacités sociales d’innovation sont mises en avant.
- partenariats et collaborations techniques avec la FAP et l’ADER
- collaboration financière avec le Crédit coopératif
- la structuration associative des migrants en France a facilité le travail partenarial, la mutualisation des efforts et des moyens dans la participation au projet et le développement des compétences
Faciliter l'accès à un crédit et développer la propriété foncière ; Constructions de 20 maisons dans les villages et 18 à Bamako ; 38 migrants ont accédé à un crédit pour construire leur maison au pays ; Organisation d'évènement pour informer et alerter les migrants sur la problématique de l'accès au logement
mali3-maison_quartier_bamak.jpgindexader.jpgmali4-gie_briquetier_bamako.jpgmali1-beneficiaire_maison.jpg
Constats tirés de l’évaluation
Formulation d’indicateurs innovants valorisant les apports des mobilités humaines dans le développement des territoires
- Luttes pour le droit au logement en France dans les années 1990 mises en écho avec l’accès au logement dans les territoires d’origine (« Et là-bas ? »)
- Les migrants portent l’initiative d’un projet qui s’élargit aux plus démunis de leurs territoires d’origine. Leurs capacités sociales d’innovation sont mises en avant
- Diagnostic sur les conditions d’habitat à Kayes facilité par les contacts des migrants
- Mise en place de relais locaux à Kayes et d’une collaboration régulière entre migrants, FAP, ADER et partenaires au Mali pour la mise en œuvre des actions (éviter dépendance aux va et vient des migrants)

Point de vigilance: Niveau de compétences dans l’analyse du contexte et des besoins prioritaires des deux territoires de coopération et la formulation des objectifs de l’action sur les deux espaces simultanément
- Partenariat financier permettant l’octroi de prêts bancaires aux migrants
- Partenariats techniques ONG / migrants
- Formation de jeunes maliens à Kayes aux travaux et techniques de construction d’habitat et transferts de compétences en gestion de projets entre ADER (France) et partenaire malien AND DEFAR (Kayes)

Point de vigilance: Capacités des différents types d’acteurs à collaborer avec des références culturelles, sociales, économiques et professionnelles différentes
Conduites d’actions au Mali et en France simultanément pour la construction des logements et les formations des mains d’œuvre d’une part, et l’octroi de prêts bancaires, la sensibilisation aux droits logement d’autres part

Points de vigilance:
- Favoriser les conditions de participation des ressortissants et de leurs associations dans les actions des deux territoires de coopération et pas uniquement dans les territoires d’origine
- Permettre la réalisation de l’action sans dépendance avec la capacité des migrants à être en permanence sur place (modes de communication, d’échanges et de mise en œuvre « double espace »)
Partenariat financier permettant l’octroi de prêts bancaires aux migrants

Point de vigilance: Les ressources personnelles des migrants ne peuvent être mobilisées que de manière volontaire par les protagonistes ; des solutions alternatives doivent être recherchées pour faciliter l’accès à d’autres types de financements (subventions publiques ou privées)
- La cellule des migrants a été dissoute
- Un migrant a créé sa propre entreprise d'électrification solaire à Paris
- Les migrants contribuent financièrement aux projets, mais conduisent aussi à des changements au sein de la population (utilisation de matériaux locaux dans la construction des logements)

Point de vigilance: Les ressortissants maintiennent des liens étroits avec les communautés des zones de coopération dans les territoires d’origine pour favoriser une plus grande proximité dans la compréhension des besoins et la formulation des propositions d’action en conséquence
- Transmission progressive des compétences de l'ADER ver AND DEFAR
- La cellule des migrants a été dissoute

Point de vigilance: S’assurer que les acteurs en charge de l’action seront implantés durablement dans les deux territoires de coopération