Espace d’échanges de pratiques de codéveloppement pour valoriser les migrants comme citoyens et acteurs du développement ici et là-bas.

Données factuelles sur le projet
Éducation / Sports
fr-FR
Association Action Expression
01-12-2010
Français (FR)
Association Action Expression, Association Touiza Solidarité, Association Espoir 18
Populations locales en France et en Algérie
28 000 €
Conduite de l'action
Formation éducative et culturelle à travers différents supports (photos, vidéos, expositions). L’action culturelle et la valorisation du patrimoine culturel est au centre de la démarche des partenaires, convaincus que c’est notamment à travers la reconquête d’un patrimoine commun méconnu ou dénigré que ces jeunes deviendront d’avantage acteurs de leur avenir.
Après avoir constaté communément les difficultés d’insertion rencontrées par une partie de la jeunesse dans la ville de Bordj Bou Arredji (BBA) en Algérie d’une part et d’autre part en France dans certaines régions et certains quartiers parisiens, 4 associations dont 3 associations basées en France ont décidé de monter un projet commun visant à redonner à ces jeunes des perspectives et une estime d’eux-mêmes

> En France : L’association Touiza Solidarité accompagne depuis 2005 l’association Action Expression dans la réalisation de projets de renforcement des pratiques éducatives et artistiques dans différentes localités en Algérie. L'association par sa connaissance de ce pays facilite la mise en réseau et la mise en relation des associations en France et en Algérie qui souhaitent développer des projets communs. Elle est à l'origine de la rencontre de l'association El Ghaith de BBA et de l'association Action Expression.
Touiza Solidarité rencontre l’association Espoir 18 en 2010, une association œuvrant dans le 18e arrondissement pour l’insertion scolaire et socio-professionnelle des jeunes dont beaucoup sont d’origine immigrée. Les échanges ont commencé entre les 3 partenaires par une réflexion autour de la nécessité pour les jeunes des quartiers de découvrir autrement leur environnement et de le valoriser par des actions culturelles et artistiques. L’idée d'accompagner des jeunes à la découverte de leur patrimoine antique, un patrimoine riche et partagé par les pays du pourtour méditerranéen est née : Mieux connaître son environnement, son histoire, se l'approprier, en faire un tremplin pour aller à la rencontre des autres et provoquer des rencontres, des échanges...

> En Algérie : Le président de l’association Action Expression est originaire de la Ville de Bordj Bou Arreridj située sur les hauts plateaux au sud de la Kabylie. Cette ville connaît un vrai boom urbain et compte aujourd’hui entre 150.000 et 200.000 habitants. Le constat est fait d’un chômage et d’une déscolarisation très importante au sein de la jeunesse. Le partenariat s’est construit avec une association locale très dynamique portée par des jeunes animateurs bénévoles mais sans le soutien des autorités locales du fait d’un contexte politique compliqué. L'association algérienne partage avec l'association parisienne des enjeux semblables sur la construction identitaire et la citoyenneté des jeunes et a accueilli favorablement l'idée du projet : comment construire avec des jeunes un nouveau rapport au territoire à travers la découverte de son patrimoine. Le choix du patrimoine de l'époque romaine a été choisi du fait qu'il est particulièrement riche et présent dans cette région d'Algérie mais aussi en France. Il pouvait donc constituer le point de convergence entre l’action à BBA et à Paris en permettant le développement des mêmes activités en parallèle avec des moments fort de rencontres et d'échanges.
1/ Renforcement des compétences des animateurs des deux associations : En décembre 2010 et avril 2011 : formation en parallèle en photo argentique et vidéo de 12 animateurs de l'association El Gaith et de 6 animateurs de l'association Espoir 18 par les formateurs d'Action-Expression. Les formations ont porté sur les méthodes de réalisation technique de documentaires-fiction, de reportages journalistiques et sur la recherche autour des sites historiques pour la construction des contenus.
2/ Echanges d'expérience et de savoir-faire entre les animateurs des deux associations : Accueil en juin 2011 d'une délégation d'espoir 18 à BBA par l'association El Ghaith pour une première rencontre entre les 12 animateurs d'El Ghaith et 2 animateurs d'Espoir 18 avec un accompagnement de l'association Touiza : prise de contact entre les animateurs, accueil au sein de l'Ecole de la deuxième chance et débat autour des thématiques éducatives. Ces débats et échanges seront poursuivis à Paris à l'occasion de l'accueil en réciprocité d'une délégation algérienne ; découverte de la ville et des sites antiques (Djamila), visite guidée du musée de Djamila et du musée national de Sétif : prises de photos ; participation à un séminaire organisée par le réseau NADA (regroupe des associations qui militent pour les Droits de l'Enfant) avec un débat sur Jeunesse, Justice et Droit ; en fin de séjour, réunion des animateurs algériens et français pour entamer une démarche d'évaluation des formations à la photo et vidéo et mettre au point la suite des activités du projet
3/ Les ateliers de découverte du patrimoine en France et en Algérie (ils sont en cours) : initiation à la photo et à la vidéo ; visites guidées des sites archéologiques et prises de photos et de films.
4/ Clôture du projet : Le projet doit se clôturer en février 2012 par l’accueil d'une délégation algérienne de l'association El Ghaith à Paris et d'une exposition commune à la Mairie du 18ème dans le cadre du 50ème anniversaire de l'indépendance de l'Algérie.
Les partenaires du projet souhaitent continuer à travailler ensemble en mettant l’accent sur les difficultés d'accès au monde du travail et sur les processus d'exclusion et de violence rencontrés par la jeunesse algérienne, deux sujets de plus en plus centre des préoccupations depuis le printemps arabe dans les pays maghrébins mais que l'on retrouve également en France et en Europe. A BBA la violence et l'exode de jeunes sont deux conséquences dramatiques d’un manque de perspective et d'une société en profonde mutation. Les mêmes partenaires ont élaboré un nouveau projet qui s’intitule « Regards d’avenir ».
Compétences
L’action relève d’une approche approfondie de co-développement à travers deux actions éducatives menées parallèlement entre la France et l’Algérie avec un vecteur commun : la construction identitaire et la citoyenneté à travers la redécouverte d’un patrimoine à la fois différent et commun et les échanges interculturels.
Les jeunes d’ici et de là-bas sont au cœur du projet, ils en sont les bénéficiaires et les acteurs. L’action réunit des formes d’organisation diverses autour d’un partenariat innovant : celle d’une association de soutien scolaire et d’insertion pour laquelle les activités culturelles et les projets de solidarité internationale sont des outils de participation citoyenne (Espoir 18), une structure spécialisée dans l’éducation socioculturelle puisant dans un vivier d’artistes dont certains sont originaires d'Algérie (Action Expression) et un organisme d’accompagnement dans l’identification d’enjeux communs et la mise en œuvre d’actions conjointes dans deux territoires (Touiza Solidarité). La mobilité apparaît comme une ressource à tous les niveaux.
> Des migrants à l’initiative comme partenaires (Action Expression) et bénéficiaires (Membres d’Espoir 18) du projet.
> ... d’un partenariat innovant : Mobilisation de la Fondation Air France aux côtés de la Mairie du 18ème et de la Mairie de Paris (Label Co-développement)
> Une connaissance du contexte local par des membres de l’association initiatrice originaires de la région.
> La mobilité au cœur d’un projet de co-développement axé sur le développement humain, liant 2 territoires à travers des enjeux communs : mobilité des membres des associations dans la construction du projet, les échanges entre les animateurs des différentes associations et des échanges immatériels via les outils internet etc… Un projet axé sur le décloisonnement des perspectives à partir des territoires de vie en lien avec d’autres territoires.
> Les migrants comme vecteurs de compétences et de savoir-faire : les compétences mobilisées par Action Expression notamment à travers la mobilisation d’artistes spécialistes de l'interculturel, les compétences des animateurs de l’association Espoir 18 … un savoir-faire lié à la pratique de l'interculturel dans l'association.
> L’ensemble des associations partenaires et encadrantes des actions soutiennent la pleine implication et responsabilisation des jeunes dans la conduite des activités en France et en Algérie : les compétences des jeunes s’en trouvent renforcées.
> Les échanges entre les deux rives de la Méditerranée favorisent une (ré)appropriation par les jeunes d’un patrimoine commun et par là une prise de recul et de sens sur leur propre identité.
> Le projet permet une articulation très riche entre le local (le territoire ou l'on vit) et l'international vers des espaces différents où d'autres vivent.
> 1ères formations réalisées auprès des 50 jeunes aux outils audio-visuels ; 1er voyage des animateurs français à Bordj pour un premier échange de savoir-faire.
illu_assoActionExpression2.jpgillu_assoActionExpression3.jpgillu_assoActionExpression4.jpgillu_assoActionExpression5.jpgillu_assoActionExpression6.jpg
Constats tirés de l’évaluation
Formulation d’indicateurs innovants valorisant les apports des mobilités humaines dans le développement des territoires
> Touiza Solidarité et Action-Expression disposent d’une connaissance fine des contextes locaux en France et en Algérie et sont fortement motivés pour agir dans ce double espace.
> Penser simultanément l’articulation des activités dans les pays d’origine avec des activités à développer dans les pays de vie des migrants et des jeunes issus des migrations.
> Encourager la participation ou le partenariat avec des organisations sensibilisées et/ou présentes dans le « double espace » de la migration et disposant de connaissances fines des réalités dans les deux territoires de coopération et parmi elles les organisations de ressortissants des zones de coopération en France/Europe.
Volonté de travailler sur des problématiques communes entre les deux zones de coopération part et d’autre de la Méditerranée : la construction identitaire et la citoyenneté, sujets au cœur des préoccupations de 2 associations de soutien scolaire (El Ghait
> Diversification des types d’acteurs dans la conduite de l’action de co-développement (associations de migrants, ONG, etc.) pour une appréhension globale des enjeux de développement et la mise en place de moyens favorisant l’implication de plusieurs champs de compétences (dont les compétences des associations de migrants, comme actrices du double espace de la migration)
> Favoriser des sujets de travail communs aux territoires de l’action pour un apport de solutions mutuellement innovantes et pour un travail sur un même pied d’égalité entre les partenaires de l’action
Les échanges virtuels permettent de créer des liens malgré ces difficultés majeures. Les associations intermédiaires Touiza Solidarité et Action-expression sont les seules à pouvoir assurer des liens concrets et réguliers indispensables pour assurer la c
> L’action se déploie simultanément dans les deux territoires de coopérations en impliquant les ressortissants et leurs associations aux deux niveaux.
> Des outils sont mis en place pour favoriser un dialogue constant entre les acteurs et populations de deux territoires de coopération afin d’instaurer dès le départ un espace commun de travail autour des territoires de coopération impliqués.
> Compétences renforcées des 2 associations bénéficiaires dans différents domaines : une meilleure maîtrise des outils photo et vidéo sur le plan technique et sur le plan pédagogique dans le but d'assurer des ateliers pour les jeunes de leur association,
 les associations de ressortissants sont renforcées dans leurs capacités de gestion autonome des actions dans les territoires d’origine et de résidence (sensibilisation aux enjeux de développement, transfert de compétences…)
 la participation des ressortissants des territoires d’origine dans la conduite de l’action favorisent des interactions fortes avec les populations locales et la possibilité d’accompagner un changement de regard ou de pratique pour une évolution durable des modes de faire localement.
> Favoriser l’utilisation d’outils audio-visuels dans la conduite de l’action comme levier de connaissance et d’appropriation de réalités de terrain communes (outils de renforcement d’appartenance à un espace commun).
> Transmission de compétences entre les associations partenaires
> L’équipement en matériel photo et vidéo des ateliers à BBA et à Paris est prévu pour permettre la poursuite des activités
> On peut regretter l'absence d'implication des collectivités locales en Algérie, mais le contexte local ne le permet pas. En France, l'implication de la Mairie du 18eme a été progressive. Aujourd'hui, elle constitue surtout une reconnaissance des actions de l'association Espoir 18 et de leur rayonnement dans et au delà de l'arrondissement.
> Favoriser l’échange et la transmission de compétences durant l’action entre les partenaires et participants du projet, notamment auprès des jeunes générations et des organisations de migrants pour une capacité de prise d’initiatives renforcées au-delà du terme de l’action.
> Promouvoir l’utilisation des TIC et des supports audio-visuels pour une continuité des échanges au-delà du terme de l’action en équipant les partenaires locaux des zones de coopération d’outils appropriés .