Espace d’échanges de pratiques de codéveloppement pour valoriser les migrants comme citoyens et acteurs du développement ici et là-bas.

Données factuelles sur le projet
Eau et assainissement
fr-FR
Donner Un Sourire à Fégui
01-12-2010
Français (FR)
Donner Un Sourire à Fégui (DSF)
Populations locales de Fégui, membres de DSF
18 000 €
Conduite de l'action
Suite à une rencontre entre l’association DSF France et Enda Europe lors d’un forum organisé par des associations d’étudiants maliens, Enda Mali basé à Kayes et Enda Europe ont été sollicités par les acteurs locaux de Fégui pour appuyer techniquement la mise en œuvre d’un projet d’assainissement des eaux liquides à partir de l’expérience d’Enda Mali et Enda Europe dans d’autres villages du Mali. Un projet commun a été soumis et accepté par la Ville de Paris dans le cadre du label Co-développement, autour de 3 volets : la réalisation de dispositifs d’assainissement individuels dans l’artère principales de Fegui, la sensibilisation aux enjeux sanitaires et environnementaux de l’assainissement, la formation sur les plans techniques et organisationnels des acteurs locaux dont la commune et parallèlement de DSF en France par Enda Europe.
> En France : Rencontre entre des représentants de DSF France et Enda Europe en France : les premiers partagent les préoccupations de développer un projet à Fégui dans la Commune urbaine de Fégui. Enda Europe partage l’expérience d’une action récente menée dans le village de Lakanguémou à la frontière entre le Mali et la Mauritanie. Plusieurs rencontres suivent entre les membres du bureau et participation de représentants de DSF aux rencontres organisées dans le cadre d’un programme d’Enda Europe DIAPODE (Diasporas pour le Développement). DSF France : Porteur du projet en charge du suivi auprès des bailleurs, appui à la mobilisation locale et à l’élaboration d’outils d’informations et de sensibilisation à Fégui et à Paris et région parisienne.

> Au Mali : Suite à la prise de contact entre DSF France et Enda Europe, des responsables de l’association locale à Fégui, DSF prennent contact avec Enda Mali à Bamako et Enda Mali à Kayes. Déplacements à Fégui de responsables d’Enda Mali et d’Enda Europe, rencontres avec le Maire et les élus dans le cadre du projet Diapode. Participation de membres de DSF France en congés à Fégui aux activités d’informations, aux concertations avec les acteurs locaux, appui efficace à la mobilisation locale. Formulation commune d’un projet « pilote » afin de tester le partenariat et de former les acteurs locaux à la mise en œuvre d’un projet dans ce domaine sur les plans techniques, organisationnels et de la sensibilisation. Dépôt à la Ville de Paris en juin 2010 dans le cadre du Label Co-développement et recherche de co-financements parallèlement. Démarrage du projet en décembre 2011. Les rôles des différents partenaires dans le projet (formalisé par une convention multipartite).
- DSF Mali : association locale partenaire en charge de la mise en œuvre des activités à partir de la constitution d’un comité de pilotage du projet.
- Enda Mali : Maîtrise d’œuvre pour la partie ingénierie sociale du projet et pour le suivi technique avec la disparition d’un des partenaires (suite au décès du Président)
- Enda Europe : Appui de DSF au suivi administratif et financier auprès des partenaires financiers et à l’organisation d’événements en France en lien avec le projet au Mali sur les thèmes de l’assainissement, environnement…
La Commune de Fégui est le maître d’œuvre du projet.
> En France : 1/ Mobilisation des partenaires financiers anciens (comité de jumelage de Limours travaillant avec l’association des anciens) et nouveaux : CG de l’Essonne, Ville des Molières par le comité de Limours, inclusion dans un projet plus global porté par Enda Europe et soutenu par la CEDEAO. Suite au décès survenu d’un des partenaires techniques Eau Lambda des alternatives ont dû être trouvées par une mobilisation accrue des compétences locales pour la réalisation et le suivi des travaux d’assainissement. 2/ Mobilisation de l’association des anciens pour que ceux-ci acceptent le projet : réunion d’informations et de légitimation du projet. « Pour nous le plus grand défi n’est pas de convaincre la Ville de Paris mais bien plus nos anciens ! » Déclaration du Président de l’association DSF en France. La dimension intergénérationnelle au sens d e positionnement des jeunes membres de l’association a été décisive dans la motivation des jeunes à mener des actions de développement. 3/ Organisations de manifestations culturelles et d’informations sur le projet à Ivry auprès de la communauté des Féguinois et plus largement. 4/ Contributions à différentes rencontres à Paris : Assemblée Générale d’Enda Europe en juin 2011, Journée sur le tourisme solidaire de l’ATES en novembre 2011 et à la Semaine de la Solidarité Internationale.

> Au Mali : Janvier 2010 : Lancement du projet à Fégui, constitution d’un comité de pilotage composé des représentants des différents groupes sociaux. Délibération du Conseil Communal : Vote du projet à la majorité des élus. Entre mars et juin : plusieurs déplacements pour la réalisation de tests préalables à la construction des infrastructures d’assainissement, début des actions de sensibilisation par la radio locale. Mobilisation du service technique d’assainissement de la Région de Kayes pour la réalisation de dispositifs de puisards. Inondations importantes durant l’été obligeant un report des travaux prévus. Octobre-Décembre : Début de la réalisation des travaux par l’entreprise locale avec le suivi technique du service d’assainissement de Kayes.
> Poursuite d’actions entre les partenaires actuels en matière d’assainissement : élargissement à partir du projet pilote et inclusion de la gestion des déchets et développement d’activités génératrices de revenus. Renforcement aussi du volet d’actions en France.
> Les défis : la mobilisation dans la durée des membres de DSF au-delà des leaders et la participation des filles, encore très faible malgré certaines évolutions
> Poursuite d’actions entre les partenaires actuels en matière d’assainissement : élargissement à partir du projet pilote et inclusion de la gestion des déchets et développement d’activités génératrices de revenus. Renforcement aussi du volet d’actions en France.
Compétences
Une association composée de jeunes originaires du Mali nés en France, de jeunes immigrés arrivés en France à leur majorité mais aussi de jeunes originaires du Sénégal réalise une première action de développement en faveur de leur village d’origine pour montrer à leurs parents membres d’une autre association qu’ils sont capables d’apporter et de mobiliser des compétences utiles. La préoccupation de mener des activités parallèlement en France, de s’inscrire pleinement dans les débats sur le développement au Mali et en Afrique à partir et au-delà de la communauté de Fégui est aussi présente tout au long du projet, ainsi qu’une volonté d’apprentissage par le projet avec des partenaires reconnus pour leurs compétences dans un domaine précis.
> Les jeunes des diasporas à l’initiative : prise de contact avec Enda et d’autres partenaires, mise en contact sur place avec les acteurs locaux
> Appui à la mobilisation des acteurs-clés et à la connaissance du contexte féguinois : organisations de jeunes, les élus, organisations de femmes
> Médiation pour la compréhension de l’action et à la sensibilisation sur place lors des visites de terrain et auprès de l’association des anciens en France
> Mobilisation des collectivités territoriales intéressées par des actions portées par des jeunes originaires du Mali en France : La Ville de Paris, Limours, le CG Essonne (mobilisation « en chaîne »)
> Appui à la diffusion de l’information et à la communication autour du projet : interventions, réalisation d’expositions…
> Interculturel : Les membres de DSF mettent en avant leur "double culture" auprès de leurs parents en France pour favoriser leur adhésion au projet et pour mobiliser différents partenaires (Comité de jumelage de Limours....) et sensibilisent leurs partenaires et les populations localement aux enjeux sanitaires et environnementaux de l'assainissement, en appui à Enda Mali, qu'ils informent des réalités du contexte local villageois.
> Appui conseil d’une ONG présente dans les deux espaces de coopération Enda Mali et Enda Europe.
> Mise en place d’un accompagnement permettant de sensibiliser aux caractéristiques et contraintes du montage de projet.
> Mise en réseau entre associations de jeunes et prise de conscience des compétences interculturelles portées par les organisations de migrants
> Un positionnement vis à vis des anciennes générations plus assumé et serein (paroles des membres de DSF).
> Dans le village au Mali, la participation de DSF favorise la cohésion sociale à travers le dialogue entre les différents acteurs locaux et internationaux, l'inclusion de groupes marginalisés (les jeunes notamment).
> Formation d’un comité de suivi du projet au sein de DSF en France et de l’association locale partenaire.
> Activités de sensibilisation à partir de différents supports : radio locale, boîte à images, focus groupes organisés en présence des enseignants, du personnel de santé, des élus locaux.
illu_DSF1.jpgillu_DSF2.jpgillu_DSF3.jpg
Constats tirés de l’évaluation
Formulation d’indicateurs innovants valorisant les apports des mobilités humaines dans le développement des territoires
L’analyse des besoins a été menée lors d’une phase préalable relativement longue par DSF : besoin de traitement des eaux grises suite à la construction du château d’eau, priorité en cours de formulation pour le PDSEC de la Commue de Fégui. Le domaine a ét
> Favoriser l’implication des associations de migrants dans la phase de diagnostic préalable pour un regard croisé entre enjeux partagés au sein des associations de ressortissants et des acteurs de développement locaux.
> Ancrer les constats et les orientations définies en fonction dans un document cadre valorisant la participation des organisations de migrants dans la co-élaboration.
> DSF France met en place une association sœur au Mali pour un véritable relai des actions appuyées depuis la France au Mali (DSF Mali).
> DSF veut se différencier du travail mené par les anciens : mieux prendre en compte les besoins des habitants ; fair
> Lorsque les territoires de coopération impliquent les organisations de migrants, concevoir les activités en tenant compte du « double espace » de la migration afin d’articuler les activités de développement dans le pays d’origine et de sensibilisation dans le pays de vie.
> Valoriser et renforcer les compétences des leaders associatifs au sein des associations de migrants en s’appuyant sur leurs différents champs d’expertise pour une implication directe dans la mise en œuvre de l’action.
La plupart des activités prévues ont été réalisées et menées à bien malgré un retard dans la réalisation des travaux. L’engagement des représentants de la Commune a été accru au fur et à mesure du projet (mise à disposition de salles, participation des él
> L’action se déploie simultanément dans les deux territoires de coopérations en impliquant les ressortissants et leurs associations aux deux niveaux.
> L’action favorise la participation de plusieurs types d’acteurs (associations de migrants, collectivités locales, ONG d’appui) dans l’action de co-développement pour une articulation des différentes expertises nécessaires à l’atteinte des objectifs.
DSF travaille surtout en autofinancement : ne fait appel à des subventions que pour des projets lourds financièrement comme le présent projet.
Effort d’une diversification des moyens financiers au-delà des ressources privées des migrants pour éviter une trop grande dépendance avec accompagnement de la compréhension du langage et des attentes des subventions (publiques ou privées).
> Promouvoir la culture du Mali en France, le multiculturalisme et l’exercice d’une citoyenneté pour les jeunes originaires de Fégui (ex : 2007 : mobilisation pour les élections présidentielles : « Oui pour la démocratie » ; à Ivry s/Seine : « Goût du mon
Penser les impacts des projets de développement aussi bien dans la zone directement concernée mais aussi dans les territoires de vie des ressortissants de la zone cible en France/Europe.
> Les conditions de viabilité sont assurées en raison de l’implication forte de la Commune, du service technique d’assainissement au niveau Régional et la part importante donnée aux activités de sensibilisation et de formation sous les efforts conjugués des acteurs.
> Recrutement d’une entreprise locale, mobilisation des services techniques d’assainissement de la Région de Kayes pour l’appui technique et la pérennité et recrutement de maçons locaux.
> Diversifier les partenariats (différentes expertises techniques) pour une co-responsabilisation des acteurs de terrain en faveur de la continuité du projet et inclure les associations de ressortissants en France/Europe.
> Inclure les ressortissants des territoires de coopération des pays de résidence et d’origine dans le portage à long terme des actions du fait de leur capacité d’implantation double ici et là-bas.
> Favoriser l’implication des collectivités locales dans la conduite d’actions impliquant les territoires de vie et d’origine des migrants pour une articulation avec les dynamiques de développement locales existantes et permettre une inscription dans la durée.