Espace d’échanges de pratiques de codéveloppement pour valoriser les migrants comme citoyens et acteurs du développement ici et là-bas.

Données factuelles sur le projet
Développement local / Gouvernance
fr-FR
Associations Guidimakha Danka et Guidimakha Jikké et leurs associations référentes au Mali
01-01-1990
Français (FR)
Guidimakha Jikké et Guidimakha Danka (ressortissants du Guidimakha malien en France)
Les populations de la région du Guidimakha au Mali
Conduite de l'action
Les dynamiques associatives tissent les territoires du co-développement : création des associations de ressortissants du Guidimakha malien en France et de leurs associations homologues dans les territoires d’origine pour une mise en synergie des actions au sein du « double espace » de la migration.
> En France : Guidimakha Jikké. Créé en France en 1988, c’est la fédération des 24 associations villageoises des ressortissants en France de l’ex arrondissement d’Aourou aujourd’hui subdivisé en 3 communes (Sahel, Djélébou, Karakoro) dans le but de « développer au Mali » et « Agir pour l’insertion en France ». L’association est née du regroupement de ressortissants résidant principalement à Saint Denis (93). Guidimakha Danka est une autre association née en 2006 qui réunit 59 villages maliens et est motivée par l’existence à Kayes de la fédération Guidimakha Danka Mali et de l’association communale « Association des communes de Guidimakha Kafo ». Le GRDR appui les organisations de base et leurs fédérations en France. La ville de Saint Denis échange régulièrement avec les associations locales dont celle de Guidimakha Djikké.

> Au Mali: Guidimakha Jikké Mali est née en 1993 suite à la mission d’un membre de Guidimakha Jikké France qui a fortement incité la création de cette association. Guidimakha Jikké Mali a pris son autonomie progressivement. Guidimakha Danka Mali est née bien avant Guidimakha Danka France ; elle est à l’origine de la naissance de Guidimakha Danka France. Le GRDR Mali appuie les organisations de base et leurs fédérations au Mali. Les collectivités locales du Guidimakha malien créent l’Association des communes du Guidimakha Kaffo (ACGK) en 2005 pour renforcer les capacités d’actions de ses membres et mène des projets d’envergure intercommunale. Cet acteur touche une échelle qui englobe à la fois les activités de Guidimakha Danka et de Guidimakha Jikké.
> En France : Guidimakha Jikké : conduite de programmes, programme de santé à Djélébou, programme de développement durable rural, création d’emplois (ateliers de tissage, de grillage et d’apprentissage, financement de centre de santé dans les 3 communes, animation de la coopération des 3 communes (Sahel, Djelebou, Karakoro) avec la ville française de Saint Denis. Guidimakha Danka : organisation de journée culturelles et de portes ouvertes sur le Guidimakha, chantiers jeunes, troupe culturelle et théâtre, création d’un site internet, recherche de financements pour des projets portés sur place, promotion de talents artistiques du Guidimakha (concert du jeune Lélé Diarra en mai 2009), construction d’un centre d’accueil et d’hébergement.
Le GRDR appuie la mise en œuvre des activités des associations et l’animation de la coopération décentralisée avec Saint Denis. Ces associations fédèrent de nouveaux partenaires comme le conseil général du Val de Marne.

> Au Mali : Guidimakha Jikké Mali : des liens existent entre les 2 Guidimakha Jikké ainsi que des projets communs. Guidimakha Danka Mali : liens divers notamment matérialisés par des transferts de compétences notamment à travers des individus qui s’occupent un temps des activités au Mali puis des activités en France.
Le GRDR est un partenaire local de Guidimakha Jikké Mali et de Guidimakha Danka Mali ainsi que l’ACGK ; il les appuie dans la mise en œuvre technique de leurs projets, il les appuie également à travers la formation et l’animation.
> En France : Guidimakha Danka France s’orientent vers des interventions dans les formations en France pour accompagner les membres. La communication prend une part importante de leur activité (articles dans des revues spécialisées). Guidimakha Jikké France : l’évaluation et l’actualisation sont de mise notamment avec le partenariat de coopération décentralisée de Saint Denis.
Le GRDR facilite les transmissions, la capitalisation et la diffusion aux fédérations afin de faire bénéficier aux associations villageoises qui les composent des outils de gestion associative.
> Au Mali: les associations au Mali doivent mieux s’articuler avec les collectivités locales au Mali pour gagner en lisibilité.
Compétences
> Circulation de l’information et médiation : Guidimakha Danka maitrise les nouvelles technologies, notamment via Internet. Guidimakha Jikké accompagne la coopération décentralisée avec la ville de Saint Denis.
> Plaidoyer : les 2 associations sont reconnues sur les 2 espaces de la migration comme des acteurs de développement. Cette reconnaissance est favorisée par la conduite de projets en concertation et par les missions nord-sud. L’association française a encouragé le développement d’une association de développement autonome directement au Mali : cette association a été un acteur important du développement de ces territoires.
> Compétences associatives : Guidimakha Dankha a une très forte capacité d’animation d’une vie associative : un groupe de musique, une troupe de théâtre et l’organisation d’événements culturels importants. Guidimakha Djikké dispose d’une bonne capacité de gestion et de transfert : ils sont à la base de la création de Djikké Mali, acteur de développement important dans la zone, aujourd’hui autonome. En France ou au Mali, les associations maliennes montrent une forte capacité à se structurer en cohérence avec les évolutions institutionnelles en cours au Mali tout en gardant une identité très forte.
> Compétences techniques : Guidimakha Dankha dispose d’une grande capacité d’animation : mise en place d’une troupe de danse traditionnelle composée de jeunes français. Echanges entre artistes venus du Mali et cette troupe dans le cadre de la formation. Ces associations disposent de compétences en termes de montage de projets et de logistiques.
> Partenariat : Guidimakha Dankha : forte mobilisation des membres (59 villages et environ 4500 membres). Un réseau partenarial dense avec une variété d’acteurs comme le CG94, la Ville d’Ivry/Seine, le GRDR, le HCMF, etc. Guidimakha Djukké : ils ont développé une forte capacité à officialiser et pérenniser le lien crée avec la ville de Saint-Denis dans le cadre de la coopération décentralisée.
> Interculturel : Guidimakha Dankha développe une compétence en médiation notamment dans le cas d’affaires même litigieuses concernant les membres de la diaspora dans les différentes démarches. La troupe de danse et les journées portes ouvertes sur le Guidimakha contribuent au dialogue interculturel.
> Financier : les deux associations ont une bonne capacité de gestion et de mobilisation de financements (les différents projets menés en sont des illustrations).
> Appui-conseil d’une ONG d’appui présente dans les deux territoires d’actions des associations en France et au Mali (GRDR).
> Renforcement mutuel de compétences entre les associations sœurs au sein du « double espace » de la migration.
> Organisations d’activités dans le « double espace » de la migration en France et au Mali valorisant les impacts de la migration du Guidimakha dans le développement local du Guidimakha et en France dans les zones de résidences des ressortissants (sensibilisation culturelle…).
> Construction de la maison de Guidimakha à Kayes (http://www.guidimakhadanka.com/maison.html) : constitution d’un partenariat solidairement fiable avec l’Association Guidimakha Danka Mali, Mauritanie et toutes associations ou organisations ayant des buts similaires ; se positionner en tant que interlocuteur direct aussi bien des autorités des pays d’origine (maliennes, mauritaniennes) que de celles du pays d’accueil (françaises et européennes) ; privilégier la promotion culturelle et interculturelle ; participer à la production et au développement d’un système d’informations pour une meilleure compréhension des rapports entre le Sud et le Nord.
illu_guidimakha_affiche.jpgillu_guidimakha_affiche2.jpg
Constats tirés de l’évaluation
Formulation d’indicateurs innovants valorisant les apports des mobilités humaines dans le développement des territoires
> Liens établis dans un contexte très marque par les impacts de la migration tant dans les territoires d’origine et de vie des migrants et volonté d’une mise en lien avec interlocuteurs associatifs et collectivités locales du nord et du sud pour une bonne
> Encourager et renforcer les mises en lien entre associations de ressortissants et associations de développement local dans les pays d’origine en amont de l’action pour favoriser une compréhension d’un contexte et d’une culture « double espace » marqués par les migrations (faire de deux territoires un seul espace de coopération).
> Penser simultanément l’articulation des activités dans les pays d’origine avec des activités à développer dans les pays de vie des migrants.
> S’appuyer sur les relations privilégiées entretenues entre les associations de ressortissants en France et les acteurs de développement de leur territoire d’origine dans l’élaboration des actions de développement et associer ces acteurs du « double espace » de la migration dans la conception de projets.
Une concertation entre les deux associations ici et là bas du Guidimakha (Djikké et Dankha) est mise en place pour l’élaboration et la conduite de projet de développement dans les territoires d’origine et d’actions de sensibilisation dans les territoires
Diversification des types d’acteurs dans la conduite de l’action de co-développement (associations de migrants, ONG, etc.) pour une appréhension globale des enjeux de développement et la mise en place de moyens favorisant l’implication de plusieurs champs de compétences (dont les compétences des associations de migrants, comme actrices du double espace de la migration).
Les migrants maîtrisent les nouvelles technologies particulièrement via internet qui leur permet de relayer l'information entre les 2 pays. Les deux associations sont perçues comme légitimes dans les deux espaces, surtout en raison des négociations réussi
L’action se déploie simultanément dans les deux territoires de coopérations en impliquant les ressortissants et leurs associations aux deux niveaux.
La bonne exécution des projets a révélé les compétences en gestion et finances des associations maliennes.
Renforcer les associations de ressortissants dans leurs capacités de gestion autonome des actions dans les territoires d’origine et de résidence.
> Organisations d’activités dans le « double espace » de la migration en France et au Mali valorisant les impacts de la migration du Guidimakha dans le développement local du Guidimakha et en France dans les zones de résidences des ressortissants (sensibi
La participation des ressortissants des territoires d’origine dans la conduite de l’action favorisent des interactions fortes avec les populations locales et la possibilité d’accompagner un changement de regard ou de pratique pour une évolution durable des modes de faires localement.
Necessité de maintenir et renforcer les liens partenariaux et les mises en réseaux entre associations ici et là bas.
Inclure les ressortissants des territoires de coopération des pays de résidence et d’origine dans le portage à long terme des actions du fait de leur capacité d’implantation double ici et là-bas et renforcer les compétences en partenariat et mise en réseaux.