Espace d’échanges de pratiques de codéveloppement pour valoriser les migrants comme citoyens et acteurs du développement ici et là-bas.

Données factuelles sur le projet
Citoyenneté / Intégration
fr-FR
La Maison Internationale de Rennes
01-01-2006
Français (FR)
La Maison Internationale de Rennes
Femmes rennaises et femmes primo-arrivantes de Rennes
1 salariée et 5 bénévoles constituant le groupe d’animation du projet
Conduite de l'action
Le projet « Marrainage » de la Maison Internationale de Rennes s’inscrit dans le projet migrations de la MIR relevant du champ des droits humains, l’un des trois champs du projet politique de la Maison Internationale de Rennes, aux côtés de l’Europe et de la Solidarité Internationale. Le programme “Migrations” veut faire naître des regards dénués de préjugés, des regards justes, sur la diversité des contributions des personnes étrangères au développement local et au rayonnement international. Il initie des méthodes innovantes d’accompagnement en faveur de la solidarité internationale mais aussi de l’intégration et du vivre-ensemble à Rennes. A travers le projet Marrainage initié en 2006, la MIR accompagne des duos : des jeunes femmes de diverses origines, des filleules, sont accompagnées par des femmes, des marraines, dans leurs projets de prise de responsabilité en France ou ailleurs. Tout en permettant aux filleules d’origine étrangère d’avancer concrètement dans la réalisation de leurs projets, l’échange interculturel ainsi que la relation entre les femmes et le pouvoir est au cœur de l’action : en leur permettant d’interroger et de contribuer réciproquement à la réalisation de leurs projets professionnels et personnels, l’action contribue concrètement à créer du « vivre-ensemble » à l’échange interculturel et au développement de la citoyenneté.
> En France : L’action a été initiée sur la demande d’un groupe de femmes étrangères auprès de la Maison Internationale de Rennes en 2006. Etudiantes en majeure partie, celles-ci sollicitaient la MIR pour les appuyer dans leurs démarches d’orientation et de formation professionnelle. A ce même moment, la MIR entreprenait une réflexion autour de la question « Femmes et pouvoir » et animait plusieurs groupes interassociatifs sur les questions de migrations. Afin de répondre à cette demande la MIR a conçu le projet « Marrainage ».
> Le constat à la base du projet « Marrainage » : les femmes étrangères arrivées en France depuis peu sont fortement isolées, y compris celles ayant accédé à l’éducation supérieure. Elles manquent de capital social, de réseaux, ont généralement une faible connaissance des services d’orientation, d’accès aux droits, à la formation professionnelle. Les dispositifs d’appui et d’orientation existent mais le suivi individuel dont ont besoin les femmes concernées fait généralement défaut, dans un contexte de stigmatisation et de préjugés importants portés sur les femmes immigrées.
> En France : création de binômes ou trinômes entre des femmes rennaises, françaises ou d'origines étrangères qui ont un projet de réalisation d'elles-mêmes, en France ou à l’étranger (les filleules), et d’autre part, des femmes françaises et/ou résidant depuis longtemps en France (les marraines locales), et enfin, des marraines internationales, résidant à l’étranger. Les « marraines » accompagnent les « filleules » dans la réalisation de leurs projets en mettant à disposition leurs connaissances, leurs contacts, du temps et de l’énergie en les encourageant voire en les accompagnant dans leurs démarches. Le cadre de cet accompagnement est défini par une Charte, la « Charte du marrainage » adaptée à chaque cas et un suivi est assuré par le personnel de la MIR en charge du projet. Ce suivi assuré par la MIR enrichit aussi la capitalisation des enseignements du projet réalisée parallèlement par une personne extérieure dans la perspective de généralisation et diffusion de l’expérience et de participation à l’élaboration des politiques publiques.
> A l’international : Le projet « Marrainage » se déroule essentiellement en France, dans la Région Bretagne mais comporte aussi une dimension internationale par la participation de marraines vivant dans les pays d’origine des filleules ou dans les pays souhaités d’émigration : certaines d’entre-elles envisagent de monter un projet individuel dans le pays d’origine ou ailleurs. Elles recherchent dans cette perspective des marraines susceptibles de les accompagner et/ou de relayer leurs demandes auprès de paires. Ainsi des marraines ont été identifiées au Vietnam, au Gabon et ont pu accompagner le retour des filleules en amont depuis la France.
> Déploiement du dispositif dans d’autres régions.
> Formulation d’un projet inspiré de l’expérience de la MIR par la Fédération IFAFE (Initiative des Femmes Africaines de France et d’Europe) et Enda Europe : « Ma cousine et moi : Renforcer le vivre-ensemble et la participation citoyenne des femmes en Ile-de-France ».
Compétences
Fortes capacités interculturelles de médiation et d’écoute des marraines et des filleules : Les capacités à s’enrichir et à enrichir ses projets à travers la relation de marrainage, à construire une relation fondée sur la réciprocité ; les capacités à élargir son expérience de marrainage à celles des autres marraines et filleules, à conjuguer engagement humain à travers l’expérience de marrainage à un engagement sociétal.
> La charte du marrainage comme fondement d’une relation équitable et le suivi des objectifs communs.
> Organisation de moments collectifs réguliers : restitutions collectives, partages d’expériences et formations thématiques.
> Encadrement et appui du dispositif par la MIR qui joue un rôle fort d’intermédiation et de facilitation dans la compréhension du dispositif et les rencontres entre filleules et marraines.

Témoignage : Betty, la filleule et Mylène, la marraine ; 2 femmes, 2 chemins, une solidarité

Betty est étudiante en Langues Etrangères Appliquées à l’Université de Rennes II. Elle parle l’anglais, l’espagnol et étudie le japonais « par souci d’ouverture culturelle ». « Le Japon est un pays sur lequel on a beaucoup de préjugés. Le fait d’apprendre la langue et les contacts professionnels permettent de se mettre au parfum des réalités quotidiennes » explique-t-elle (…) C’est donc avec des projets plein la tête que Betty débute sa carrière professionnelle. Des projets, de solides compétences mais relativement peu d’informations. Le marrainage a été pour elle l’occasion de rencontrer une actrice du monde économique, une façon de parfaire ses connaissances avant de débuter son métier : l’interprétariat dans les milieux économiques. Betty a donc rencontré Mylène chef d’entreprise et titulaire comme elle d’un LEA.
Mylène explique les raisons de son engagement dans ce projet de marrainage : « Aider Betty dans son projet professionnel, susciter des déclics, des évidences, cela me plaisait et surtout faire en sorte que cela puisse être positif sur les décisions à venir (…) ; « Le marrainage serait alors bien plus que marcher dans les traces du chemin professionnel d’une marraine mais bien l’opportunité de rencontrer une femme entrepreneur qui donnerait des outils. Mylène souligne aussi l’importance du rôle de sa filleule dans son travail : « Les dialectes africains ont leur place dans les relations économiques et donc l’interprétariat. Betty et ses compétences linguistiques mais aussi son ouverture d’esprit sont des atouts indéniables. Il faut non seulement des compétences linguistiques mais aussi une compréhension de la culture et des mentalités pour traduire correctement »
Extraits du compte-rendu de Marrainage réalisé par la MIR
> 24 Femmes participantes dont 10 filleules.
> L’instauration d’une relation d’égalité établie par la Charte est vectrice de développement de l’estime de soi pour la filleule et lui permettant de développer un réseau relationnel : diversifier les contacts au-delà du cercle des compatriotes.
> Favorise une citoyenneté effective par une meilleure appropriation de son environnement et par la mobilisation collective de nouvelles compétences.
> Diffusion de l’expérience auprès d’autres acteurs en France : Ce projet a été présenté au séminaire national sur les Droits des femmes migrantes à Marseille en novembre 2010 organisé par Forum Femmes Méditerranée. Lors du séminaire « Femmes d’ici et d’ailleurs, actrices à part entière » organisé en juin 2011 à St Brieuc, cette action a été présentée. Une association présente, l’AFIP a souhaité mettre en place le marrainage.
> Participation à l’élaboration des politiques publiques régionales à travers la présentation des résultats dans le cadre de la réalisation de 4 séminaires régionaux intitulés « Femmes d’ici et d’ailleurs, actrices à part entières » qui se sont succédés du 23 au 28 juin 2011 sur tous les départements Bretons. Ces séminaires étaient inscrits dans le cadre de la mise en œuvre du PRIPI, le Programme Régional d’Intégration des populations Immigrés pour la période 2010-2012.
illu_MIR_marrainage.jpgillu_MIR_marrainage2.jpg
Constats tirés de l’évaluation
Formulation d’indicateurs innovants valorisant les apports des mobilités humaines dans le développement des territoires
Volonté de répondre à la fois au besoin d’orientation des femmes migrantes arrivant à Rennes et aux besoins de cohésion sociale et territoriale en termes de diversité à Rennes : choix de la mise en place d’un cadre de suivi personnalisé en remobilisant de
Articuler les besoins locaux des espaces de coopération et favoriser la réponse à des besoins locaux en France par le biais d’actions de solidarité internationale.
Mise en lien de filleules et de marraines partageant un intérêt mutuel de renforcement de compétences et d’ouverture à l’autre et à l’internationale.
Impliquer des publics cibles dans le « double espace » de la migration partageant des intérêts et objectifs similaires pour une rencontre effective s’appuyant sur des réalités concrètes et quotidiennes.
Une charte des principes et valeurs du marrainage est élaborée et partagée par les participantes à l’action.

Point de vigilance: Dans le cas de projet à forte dimension interculturelle s’assurer de la bonne compréhension des attentes et valeurs fondatr
Favoriser la production d’outil facilitant une compréhension partagée des enjeux, attentes et valeurs de l’action auprès des parties prenantes.
Recherche de financements auprès de bailleurs publics de l’insertion pour une inscription dans les dynamiques locales et pour une reconnaissance des actions portées à échelle territoriale.
Favoriser le dialogue avec les institutions et financeurs publics pour la reconnaissance d’une action portant sur un « double espace » de migration au service du territoire (portant ainsi les enjeux de la mobilité à la connaissance de la puissance publique).
Essaimage de la pratique auprès d’autres organisations.
Concevoir une action portant sur le « double espace » de la migration reproductible et déclinable pour une diffusion renforcée.
> Le dispositif de marrainage permet dans la durée de concrétiser le potentiel des femmes mobilisées : communication et présentation du dispositif.
> Production d’une capitalisation/évaluation par une sociologue spécialiste des relations de genre (E. Hoffmann) et diffusion lors d’une journée de séminaire, sur les relations de genre et de l’accès à la « citoyenneté.
> Prévoir des outils de communication adaptés à des actions portant sur le « double espace » de la migration afin d’en valoriser les spécificités et apports pour les territoires de vie.
> Prévoir la production d’outils de capitalisation des résultats obtenus pour une large diffusion et réappropriation de la pratique.

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données