Espace d’échanges de pratiques de codéveloppement pour valoriser les migrants comme citoyens et acteurs du développement ici et là-bas.

Données factuelles sur le projet
Citoyenneté / Intégration
be-NL
TSHINTU Asbl
01-01-2010
Français (FR)
TSHINTU Asbl
Migrants en Belgique et population de Kinshasa (notamment enfants)
Conduite de l'action
L’association T-Shintu, fondée par des migrants en Belgique, conduit à la fois des actions d’aide à l’insertion et de médiation culturelle en Belgique à destination des migrants et des acteurs des territoires (notamment les collectivités locales) et des actions de solidarité internationale dans le domaine de la petite enfance à Kinshasa. Le lien entre les activités en Belgique et en RDC est assuré par le Président de l’association, ancien élu communal qui cherche à impliquer au maximum les autorités locales dans l’accompagnement des activités en RDC et en encourageant le montage de partenariats de coopération décentralisée entre communes belges et congolaises.
> En Belgique l’association s’occupe de : médiation sociale et familiale et interculturelle ; intégration entre populations locales et personnes étrangères et d’origine étrangère (rencontre, soirées multiculturelles, journées de réflexion, conférences – débats, initiatives sportives); accompagnement dans l’exercice des droits et obligations des personnes étrangères ou d’origine étrangère; alphabétisation comme outil de développement de la citoyenneté (ateliers d’apprentissage du français autour d’une activité collective : couture, cuisine, théâtre, chorale, etc.; des cours ponctuels ciblés sont aussi organisés autour de l’insertion socioprofessionnelle et autres s’adressent à des jeunes en difficulté scolaire).
> En RDC l’association conduit des actions de solidarité internationale dans les buts suivants : soutenir les actions visant à l’autonomie de la classe populaire et précarisée ; fournir l’information sur les conséquences d’une émigration non désirée essentiellement les jeunes ; favoriser l’apprentissage des métiers générateurs de revenus rurale congolaise ; offrir de l’aide ponctuelle en matière scolaire, en produits pharmaceutiques et autres produits de première nécessité, renforcer les capacités structurelles des communes et des orphelinats partenaires pour un meilleur encadrement de la petite enfance.
L’association cherche à impliquer au maximum les autorités locales belges dans l’accompagnement des activités au Congo et à encourager le montage de partenariats de coopération décentralisée entre communes belges et congolaises (ex : les communes de Flémalle et de Ndjili, d’Olne et de Matete, de Woluwe St Lambert et de Bandalunga). Le Président de l’association, d’origine congolaise, est ancien élu communal belge qui connaît les rouages de l’administration et politique locale belge.
Compétences
> Favoriser l'intégration des Congolais dans la société belge par la défense de leurs droits et leurs intérêts.
> Connaissance à la fois du contexte local et des jeux d’acteurs pour le développement au Congo et des dynamiques territoriales en Belgique en lien avec l’intégration des migrants (adhésion à la Charte « Assises de l’Interculturalité »), connaissance du contexte social, économique et culturel en RDC, expertise dans les pratiques liées aux dossiers de partenariat entre les territoires d’origine et de vie des migrants.
> Expertise professionnelle acquise dans les champs de la petite enfance, et de l’autonomisation des populations en zone rurale au Congo.
> Capacités de négociations avec les autorités locales de la Région Wallonne dans le cadre des activités de coopération sur la petite enfance au Congo.
Interaction forte entre collectivités locales et acteurs du développement au Congo sous l’impulsion de l’association de migrants. Valorisation du rôle des migrants dans la mise en lien de territoires et l’accompagnement d’actions de développement. Prise de conscience de la valeur interculturelle des dynamiques migrations-développement avec la formalisation d’un projet interculturel « Le Parcours d’Artiste » mettant en avant les liens et ancrages entre les artistes de la Commune de Matete au Congo et d’Olne en Belgique.
Constats tirés de l’évaluation
Formulation d’indicateurs innovants valorisant les apports des mobilités humaines dans le développement des territoires
Souci de prise en compte simultanée des besoins des familles à la fois auprès des populations migrantes de RDC en Belgique et des populations locales au Congo.
> Penser le plus possible l’action de coopération en lien avec les besoins et attentes des populations locales dans les deux espaces de coopération.
> Penser l’action de coopération internationale en impliquant les associations de ressortissants de la zone de coopération ici pour un diagnostic affiné des besoins des populations là-bas et une mise en cohérence de l’action avec les besoins et attentes des ressortissants ici (construction d’une activité de coopération transnationale).
Articuler la conception de l’action de co-développement avec les dynamiques de coopération décentralisée en cours entre les territoires concernés.
> S’appuyer sur les dynamiques de jumelages ou coopérations décentralisées déjà en place ou en cours pour penser l’action co-développement en cohérence ou en complémentarité.
> Encourager l’implication des organisations de migrants originaires de la zone de coopération ciblées dans la mise en place d’actions de jumelages ou de coopérations décentralisées pour faciliter la mise en lien des enjeux internationaux et territoriaux locaux (ex : la question de l’insertion des populations migrantes peut être facilitée par une coopération avec le pays d’origine et la mise en place d’un dialogue entre pouvoirs publics locaux sur les besoins et attentes respectifs de leur populations locales).
> Articuler la mise en œuvre de l’action de co-développement avec les dynamiques de coopération décentralisée en cours entre les territoires concernés.
> Tshintu engage une réflexion avec ses partenaires et bénéficiaires sur les enjeux liés à la migratio
> Encourager la mise en place de partenariats ou d’échanges renforcés avec les organisations de migrants originaires des territoires de coopérations afin d’assurer la mise en œuvre des activités et la valorisation d’un faisceau de compétences et d’expertise concourant à la réussite de l’action.
> Créer / favoriser l’émergence d’espaces de débats sur les liens entre migrations, développement et intégration et participation citoyenne dans les deux espaces de coopération pour se questionner sur les déterminants au départ, se doter de données objectives et chiffrées sur les flux migratoires entre les régions concernées, et l’impact des interdépendances nord-sud dans la coopération.
> Encourager la visibilité des actions internationales et locales des organisations de migrants dans les territoires de résidence à travers la participation à des dispositifs type prix ou charte ou des adhésions à des réseaux locaux non spécifiquement issu des migrations.
> Encourager la participation active des associations de migrants dans les actions de coopérations décentralisées.
> Prise de conscience de la valeur interculturelle des dynamiques migrations-développement avec la formalisation d’un projet interculturel
> S’appuyer sur les dynamiques déjà en cours dans le cadre des partenariats de coopérations décentralisées pour faire connaitre les résultats des actions portées par les migrants sur les territoires concernés.
> Encourager les actions à vocation interculturelle et artistique ou les actions de communications porteuses de messages de sensibilisation directs auprès de l’opinion publique ou impliquant la population locale pour aider à déconstruire les stéréotypes sur les migrations (ex : exposition de portraits, récits de vie, etc.).
Tshinstu adosse ses initiatives de co-développement aux dynamiques en place de coopération décentralisée ou de jumelage voire cherche à en impulser de nouvelles avec les zones d’origine des migrants congolais en Belgique.
> Adosser les initiatives de co-développement impliquant les organisations locales de migrants aux partenariats de coopération décentralisée existant (la coopération décentralisée devient ainsi un axe structurant autour duquel des actions transnationales peuvent trouver racine ou renforcer leur visibilité).