Espace d’échanges de pratiques de codéveloppement pour valoriser les migrants comme citoyens et acteurs du développement ici et là-bas.

Données factuelles sur le projet
Développement local / Gouvernance
be-NL
TRANSFAIREs
01-01-2002
Français (FR)
TRANSFAIREs
10 villages togolais habités par +/- 4500 personnes.
15 000 €/an
Conduite de l'action
L’ONG Transfaires travaille sur les migrations et le développement en Belgique autour d’initiatives sur la valorisation des cultures issues de la diversité et la lutte contre les discriminations, et, dans les pays d’origine des migrants, accompagnent la conduite de projets de développement. Ainsi ses objectifs sont : prévention des maladies sexuellement transmissibles, valorisation des expressions culturelles issues de la diversité, promotion de la scolarisation et de l’éduction, appui au développement d’activités génératrices de revenus dont l’initiative « Gododo » de voyages solidaires et interculturels, sensibilisation à la protection de l’environnement et lutte contre l’exode des villageois, particulièrement des jeunes.
La naissance du projet Mokpokpo s’appuie sur un constat de discrimination à l’emploi des populations originaires de l’Afrique subsaharienne résidant en Wallonie et dans une moindre mesure à Bruxelles ainsi que d’un manque de politique cohérente d’intégration de ces populations. Au Togo, le constat fait est celui d’une paupérisation massive de la population, dans la zone d'Hepké notamment, où l'exode rural qui ne cesse de croître, touchant notamment les jeunes ; les enjeux environnementaux (destruction des équilibres environnementaux) semblent être parmi les causes principales à l’origine de cette pratique.
> En Belgique : inscription du projet dans le cadre d’un programme de recherche-action sur la valorisation des compétences des populations originaires d’Afrique sub-saharienne (projet Vitar II) : conduite d’entretiens auprès de différents opérateurs économiques locaux (entreprises, associations) sur les opportunités d’emploi des migrants qualifiés dans ces structures, développement d’outils d’analyse socioculturelle et de valorisation des compétences interculturelles dans l’emploi (gestion des diversités et médiation interculturelle), formation en éducation à la diversité et à la citoyenneté, médiation interculturelle et négociation.

> Au Togo : à la suite du projet Vilar II, les migrants formés au Nord ont accompagné les communautés locales et ONG dans le village de Mokopokpo en s’appuyant sur une approche interculturelle. Via un travail de médiation et de négociations interculturelles et de « gestion des diversités » assurer l’accompagnement des acteurs dans la définition de nouvelles représentations de la place et du rôle de chacun et la configuration de modes d’organisation sociale et politique : permettre l’émergence sur le plan social des femmes et des jeunes, inscrire des dynamiques participatives dans la « gestion de la cité », forger de nouvelles représentations culturelles au niveau du genre et des générations, etc.). Enquête participative « photos Villages » afin d’adapter une stratégie d’intervention : évaluer les effets du travail de développement effectué de 2002 à 2008, cerner les besoins et identifier les réponses possibles pour les rencontres, disposer d’un état des lieux général des 10 villages : géographique, économique, social, démographique, environnemental, etc. Assurer un renforcement des compétences via des formations avec une attention particulière pour l’ONG togolaise IDH avec qui TRANSFAIREs collabore.
> En Belgique : Mise en place de partenariats entre, d’une part, des autorités locales et des associations migrantes, non-migrantes et mixtes de la région liégeoise (Belgique) et d’autre part, des acteurs et structures intervenant dans la zone d’Hepké au Togo : Maison médicale de Liège avec le dispensaire, école de Liège avec les écoles d’Hepké, associations d’économie sociale avec des groupes qui initient des activités génératrices de revenus au Togo, Maison des jeunes et foyer culturel, etc.
Via le projet « Gododo » : accroissement des échanges entre la population belge issue des migrations ou non et les communautés villageoises d’Hepké.
Participation de migrants ayant reçu une formation en « gestion des diversités » et interculturalité à des programmes de formation dans la zone d’Hepké.

> Au Togo : valider les acquis et pérenniser le projet en accroissant les revenus des communautés et en renforçant les compétences citoyennes de tous les acteurs et plus particulièrement des chefferies et des villageois. Modélisation de la stratégie d’intervention de TRANSFAIREs et plus particulièrement de l’accompagnement des processus psychosociaux facilitateurs du développement local.
Compétences
> Circulation de l’information : l’association a développé un site web et communique via cette plateforme et par emails. Capacités d’écoute, d’observations, d’accompagnement dans le cadre du renforcement des capacités des communautés, des ONG locales.
> Recherche/Evaluation : synthèse des observations, des animations menées dans les villages.
> Interculturel : médiation entre les jeunes du village quant à la participation des filles dans le comité de gestion.
> Reconnaissance et valorisation des compétences des migrants dans le cadre même de l’action pour une remobilisation vers l’emploi.
> Formation des migrants et non migrants à la gestion des relations interculturelles.
> Interactions entre migrants et non migrants de Liège dans un but commun : lutte contre les discriminations à l’embauche en Belgique et soutien aux actions de développement dans la zone d’Hepké au Togo.
> Construction d’un dispensaire disposant d’une unité pharmaceutique et d’un personnel médical (un infirmier et accoucheuse).
> Définition de 11 micro-projets d’activités génératrices de revenus pour 2009 –2010 et réalisation de 4 d’entre eux en 2009.
> Mise en place de processus participatifs à l’intérieur des communautés avec l’assentiment des chefferies locales.
> Émergence de nouveaux rôles pour les femmes et les jeunes à qui la gestion du Foyer culturel et du projet "Gododo" a été accordée.
Constats tirés de l’évaluation
Formulation d’indicateurs innovants valorisant les apports des mobilités humaines dans le développement des territoires
Définition de l’action sur deux territoires simultanées tenant compte des besoins des populations locales : au côté des migrants à Liège pour la valorisation des compétences professionnelles et la lutte contre les discriminations à l’embauche et avec les
> L’action se déploie simultanément dans les territoires de résidence et d’origine des migrants permettant d’associer les organisations de migrants dans la conception même du projet.
> Encourager la recherche de solutions pour une meilleure insertion socio-professionnelle des populations locales dans les opportunités offertes par les liens de migrations entre deux territoires (d’origine et de vie) ; ex : renforcement des compétences professionnelles des migrants dans leur territoire de résidence avec identification de débouchés correspondants et participation de ces migrants dans les projets de développement local dans les pays d’origine (double portée de la formation reçue : au bénéfice de sa propre insertion ici et d’actions de développement local là-bas).
Travail sur les leviers de changement pour les populations locales en Belgique et au Togo : reconnaissance et valorisation des compétences professionnelles des migrants d’origine subsaharienne en Belgique et promotion de l’éducation dans les zones rurales
Identifier les déterminants des inégalités dans les territoires de coopération et favoriser une recherche de solutions communes avec les associations de ressortissants pour agir sur des leviers de changements (ex : recherche de débouchés dans les professions de médiation interculturelle ici et là-bas).
Inscription de l’interculturel dans la conduite même des actions : travail réalisé avec des ressortissants d’Afrique sub-saharienne et des non migrants de Liège en Belgique et participation des migrants ayant reçu une formation en « gestion des diversités
> Dans le cadre de projet conduit sur deux territoires e coopération, favoriser les collaborations multi-acteurs en y incluant les associations locales de migrants capables de toucher et mobiliser au sein des communautés de ressortissants des territoires de coopération.
> Favoriser la rencontre interculturelle dans les équipes de travail et les publics visés par l’action dans les deux espaces de coopération.
Le projet a bénéficié de fonds publics européens en s’inscrivant dans un projet existant.
Effort d’une diversification des moyens financiers au-delà des ressources privées des migrants pour éviter une trop grande dépendance.
Travail de recherche-action couplé à des actions de développement local : soit deux temps spécifiques de conduite d’action, les impacts de la recherche-action étant palpables à plus long terme. L’implication directe des migrants formés à l’interculturel e
Dans le cadre de projet de développement alliant recherche et action : inscrire lisiblement dans le cycle de projet la traduction opérationnelle des résultats de la recherche dans la conduite de l’action.
Volonté de pérenniser les liens de coopérations en élargissant le projet à d’autres acteurs de territoires incluant les collectivités locales afin d’encourager des liens directs entre homologues belges et togolais (centre médical et dispensaire, écoles, associations d’économie sociale et solidaire et coopératives…).
> Inscrire l’action de coopération dans le cadre de dynamiques locales existantes afin de répondre à des besoins locaux et ainsi favoriser ses impacts et sa réplicabilité à long terme.
> Encourager les partenariats avec d’autres acteurs du territoire, pas forcément actifs à l’international, mais dont les compétences permettraient un nouveau déploiement du projet auprès des partenaires de coopération.
> Encourager les liens de coopérations directes entre mêmes acteurs de territoires à territoires (écoles, centres de santé…) pour une inscription de l’action dans la durée.

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données